LE PROJET
NGUEDI Jm ÉDITIONS
LE SALON DE LITTÉRATURE

INTRODUCTION

L’Ecriture est le moyen de communication, après le verbe, le plus répandu. L’humanité a évolué avec son écriture, et c’est avec elle que des civilisations ont pu se bâtir et les conquêtes se mener. Les messages ont marché, couru, volé et nagé à travers les époques, dans l’ultime but de s’ouvrir aux autres. Et la Lecture est née, celle des signes et des mots. C’est en lisant que l’on commence à comprendre ce qui a été vu ou entendu ; l’interprétation de la Nature a commencé à prendre une forme crédible quand les êtres humains se sont mis à lire. Leurs connaissances se sont accrues et ont en même temps élargi leur champ de pensée, les portant vers des mondes que, dans la majorité, ils ne visiteront jamais, pourtant qu’ils vivront dans leur splendeur la plus sauvage, parce que deux des plus vives passions humaines se seront rencontrées.

Avec les âges, les poignets se sont assouplis, les plumes se sont allégées et les encres se sont raffinées ; les siècles ont vu défiler des écrivains et des lecteurs de divers niveaux. La Littérature s’est ainsi construite et s’est installée dans tous les continents, dans tous les pays, avec des expressions propres à chaque tradition. Pour en maintenir la mémoire et faire grandir l’art, des séances d’initiation à l’écriture sont organisées et tenues par ceux qui ont gagné le respect de leurs pairs en la matière soit par une pratique réussie, soit par des recherches consacrées.

Tel est le chemin qui nous mène en 2009, à l’atelier qui nous permettra de passer à une autre étape de la compréhension de notre Passion. Nous… Grégoire NGUEDI et Ray NDEBI. Nous nous rencontrons au cours de cette session et, après n’avoir échangé qu’une question et une réponse, décidons, trois années plus tard, de conjuguer nos compétences pour rendre au livre la place qu’il mérite dans le quotidien de l’humanité. C’est ainsi que le projet NGUEDI Jm Editions voit le jour en 2010.

Après des centaines de textes parcourus, nous nous sommes rendus à l’évidence d’une urgence dans la présentation des textes au public ; les fautes et les erreurs constatées sont inquiétantes, et le plus alarmant est l’indifférence des auteurs. Ils ne les remarquent même pas, et sont surpris de ne pas être lus ; et quand ils le sont, l’amertume des critiques est insoutenable. Dans les deux cas, leur frustration est grande. Plutôt que d’aller directement vers eux, nous nous sommes tournés vers le public, afin d’avoir une idée claire et précise de l’attitude à observer vis-à-vis de ceux qui ont la plume comme passion.

ENQUÊTE ET CONSTAT

En nous rapprochant de nos concitoyens, pris au hasard dans la rue pour la majorité, nous avons essayé de comprendre la condition réelle du livre au Cameroun. Quand nous avons interrogé près d’un millier de personnes en 2013, les réponses ont toutes été claires. Les Camerounais lisent ! La vraie question est : Qu’est-ce que les Camerounais lisent ?

Nous avons parcouru les rues de notre pays, et trouvé beaucoup de Camerounais en train de lire, au cœur de leur activité. De grands ou petits volumes entre les mains, ils sont imperturbables. Ils lisent et ils en redemandent. Les livres s’échangent et s’achètent sur les trottoirs comme des bouteilles de bière. Pour une raison ou pour une autre, les Camerounais lisent ! Ils louent ou achètent des livres, chacun selon ses moyens.

A un revendeur du trottoir, nous avons demandé pourquoi il n’avait que très peu de livres écrits par des Africains. Avec un sourire qui ne lui aurait été rendu par aucun auteur Camerounais, il a simplement répondu : « Personne n’en demande. » Une toute petite fille de Sixième a eu un avis plutôt tranché : « Ils sont ennuyeux. » Et pour beaucoup, les fautes et autres incohérences empêchent de poursuivre la lecture. Parce ce que nous recevons des textes de divers pays et beaucoup hors de l’Afrique, nous avons réalisé que la qualité des textes était discutable partout. Il ne s’agit plus du problème Camerounais et Africain ; la Littérature est en peine partout dans le monde et ce, malgré le nombre croissant d’ateliers d’écriture et coaching littéraire.

Nous recevions beaucoup de textes à corriger, et si cela satisfaisait les auteurs, nous étions conscients de ne leur être d’aucune aide ; nous avons réécrit un certain nombre de pages, que l’auteur se contentait d’accepter avec pour seul effort, la facture qu’il devait payer. Les mêmes auteurs produisaient les mêmes énormités et venaient se faire corriger ; ils ne devenaient écrivains que par le nom sur la couverture d’un livre. Fortement lassés de revoir ces auteurs, nous nous sommes posé la question suivante : Comment pouvons-nous aider les auteurs ?

Il est clair qu’ils ont besoin d’aide. Mais il fallait une méthode capable de toucher chaque auteur dans son intimité et convaincre son originalité de s’épanouir. Nous voulions, avec une même clé, ouvrir des milliers et des milliers de portes. En 2014, nous décidons qu’il est temps de nous ouvrir à une nouvelle approche, et nous créons Le Salon du Livre Yaoundé – Cameroun qui est aujourd’hui Le Salon de Littérature.

AXE DE TRAVAIL

Après des journées interminables et des échanges qui se poursuivaient jusqu’aux heures où l’Afrique bénit sa léthargie, il nous est venu de produire un texte (en plusieurs volumes si possible) qui ouvrira une voie à chaque esprit qui le lira, un guide au cœur de soi, afin de comprendre et tenir une plume, puis un livre.

Pour réaliser cet ouvrage, nous avons ouvert nos portes aux auteurs du Cameroun et d’ailleurs. Un bureau exempt de toute facture nous a donné l’opportunité de travailler librement ; les passionnés d’écriture et de lecture vivant à Yaoundé sont directement venus dans notre local et ont été entretenus sans frais. Chacune de leur satisfaction a été un outil de valeur pour la suite de nos recherches. Nous pouvons en dire autant de leur déception, pas par rapport à nos remarques, mais contre leurs amis, relecteurs, éditeurs leur ayant toujours conté combien ils étaient des génies qui ne demandaient qu’à être reconnus et élevés. Au fil des rencontres avec les auteurs, les éditeurs, les professeurs, les critiques, les passionnés primaires (ces mordus de lecture en quête de recommandations), nous avons observé une infinité de similitudes ; cela nous a permis d’approfondir nos connaissances sur les questions pratiques de l’écriture et de la lecture. Les mêmes remarques ont été faites dans le groupe secret que nous tenons sur Facebook Ateliers des Ombres, ainsi que dans les groupes WhatsApp où les auteurs soumettent leurs textes, et suivent nos remarques. Alors nous avons abouti sur les points suivants :

  1. Ateliers d’Ecriture

    Vu le nombre croissant de travaux qui nous sont soumis, et des passionnés désireux d’apprendre de la plume, nous prévoyons deux séances par mois dans des villes différentes (un peu plus avec le temps et l’augmentation de la demande). Les inscriptions se feront en ligne, directement chez nous ou par téléphone (Mobile Money, Orange Money). Un code sera remis au participant, et il pourra intégrer le moment qu’il aura choisi ; nous laissons une marge d’une séance à rattraper, au cas où l’inscrit aura connu un empêchement.

  2. Ateliers de Lecture

    Ces ateliers se déroulent selon les mêmes principes que celui d’écriture. Ici, les lecteurs (professionnels ou pas) apprennent l’attitude à observer pour bien tenir un livre/texte et s’entretenir avec lui dans les meilleures conditions. De même, l’auteur apprend à lire un livre sans en faire un maître qu’il voudra imiter une fois qu’il aura sa plume entre les doigts ; l’art de la lecture est vital pour maîtriser sa plume.

  3. Mentoring

    Pour une durée plus étendue que celle d’un atelier, les personnes enregistrées ici seront suivies au quotidien (avec nous ou en ligne) ; elles bénéficieront de conseils, d’orientation et de développement personnel sur le plan de l’écriture ou de la lecture. Un programme particulier est conçu afin de leur assurer un accroissement optimal ; les séances se feront par diverses compétences qui construiront un esprit ouvert, solide et mieux disposé à la pratique de son art.

  4. Rencontres/Soirées Littéraires

    Les auteurs et les lecteurs étant étrangers les uns aux autres dans notre pays, nous pensons à des moments où nous pourrons les inviter, quatre fois par an autour d’un verre, pour discuter des questions de la Littérature et présenter les uns aux autres ; le public a besoin de savoir que de jeunes plumes meublent son époque et méritent d’être lues et diffusées.

  5. Cafés Littéraires

    Dans notre vision de cet aspect, une redéfinition est nécessaire ; nous prendrons un thème ou un auteur, et nous en discuterons. L’auteur sera face à des critiques et un lecteur ordinaire invité à l’échange. En présence de journalistes, nous aurons des entretiens filmés autour d’un café, dans un lieu que nous aurons choisi selon notre convenance ou celle d’un partenaire. Dans un esprit de respect et de convivialité, l’auteur sera appelé à défendre son texte, et en connaîtra logiquement les insuffisances ainsi que les points forts.

  6. Relecture

    Les éditeurs, tout comme les auteurs, envoient des textes qui sont relus et corrigés par notre équipe ; bien plus qu’une correction orthographique et grammaticale, nous regardons de près chaque élément composant un texte, afin d’indiquer à ces derniers les diverses modifications qui peuvent y être apportées. Nos relectures sont toujours accompagnées de conseils et de propositions.

    Les organisateurs et les promoteurs de concours d’écriture ont la possibilité de nous envoyer leurs textes pour évaluation, ou alors d’inscrire leur jury pour un apprentissage à l’analyse en vue de sélectionner les textes lauréats. Nous avons élaboré un système d’évaluation qui permet de mettre définitivement de côté toute forme de discrimination. Il ne sera plus possible d’entendre parler d’équilibre régional, racial, physique ou d’une quelconque affinité ; seul le mérite est désormais reçu.

  7. Collaboration

    Pour parvenir à toucher un plus grand monde, nous avançons en étroite collaboration avec des initiatives littéraires et culturelles (naissantes ou établies) du Cameroun et des autres pays. Nous contribuons grandement à l’organisation et à la structuration des groupes ou des événements littéraires ; ceci nous permet d’asseoir un peu plus confortablement notre réputation, en offrant plus d’opportunités d’une meilleure expression et représentation de cette valeur commune qu’est la Littérature.

    Les échanges sont simplifiés, car les connexions sont plus effectives et nombreuses.

  8. Concours

    Nous organisons plusieurs types de concours tout au long de l’année, ils seront physiques et/ou virtuels, et consisteront en des exercices, des soumissions de textes (livres, manuscrits, textes de nouvelle ou de poésie), ou des sélections de textes. Parmi nos concours, nous comptons :

    • livre du mois
    • Le texte de la semaine
    • Concours de manuscrits
    • Le test de lecture
    • Challenge
    • Le poème du jour
    • Le texte du voyageur
  9. Le Temps d’un Voyage

    Ce programme est destiné aux voyageurs (bus, train, avion, bateau). Il sera composé d’un ensemble de textes proposés aux passagers des moyens de transport cités, afin d’agrémenter leur voyage. Ce seront des textes simples à lire et de bons compagnons de route ; ils leur décriront les cultures de mille et un lieux, d’ici ou d’ailleurs, des éléments d’accroissement de potentiel, des lignes de divertissement, des jeux de littérature très simples et des concours périodiques. Le texte du Voyageur est un concours qui leur est tout particulièrement destiné.

  10. Académie

    La Littérature, parlant de l’Art qu’elle est, a besoin d’une plateforme puissante et permanente où il pourra être donné aux apprenants de développer leurs capacités et s’exprimer pleinement dans une société qui saura leur rendre la valeur de cette passion qu’ils entretiennent. L’écriture et la lecture méritent un lieu propice à leur épanouissement ; il sera nécessaire d’y avoir une bibliothèque et une librairie, une salle audio-visuelle, une salle de conférence, une douzaine de classes et une cour avec des bancs publics et des arbres.

    Pour soutenir l’enseignement, nous avons prévu plusieurs volumes intitulés LITTERATURE et Métiers, dont le premier, Initiation à l’écriture et à la lecture suivi de 11 Modules, est déjà terminé et prêt à l’exploitation. Ce travail, préparé avec les besoins émis par les auteurs et le public, est une ouverture directe sur la plume et l’encre. Il est question ici d’écrire et de lire au cœur de l’inspiration, d’exprimer ses émotions au plus proche de leur essence et d’être à l’écoute de la Nature.

  11. 11. Recherche

    Le travail le plus intense se fera ici, puisque c’est le centre de toutes les productions qui visent à faciliter la compréhension de cet Art au public de plus en plus exigeant. Toutes les compétences sont les bienvenues et participent à l’élaboration de contenus encore plus précis et digestes ; le but est de partager le plus simplement possible. Des professeurs aux étudiants, en passant par les passionnés ordinaires, chaque parti est vital pour la réalisation de ce rêve qui se nomme Littérature. Des articles, des modules, des œuvres littéraires, des volumes… seront élaborés et/ou étudiés ici, afin d’explorer d’autres domaines de la Littérature.

PARTICULARITES

LE SALON DE LITTERATURE s’illustre par son originalité. Chacune des propositions faites à chaque passionné qui nous sollicite, vise à le construire dans la splendeur de son individualité. Le potentiel propre est accru selon les besoins de chacun, et non selon une norme établie. La seule norme ici, c’est la liberté d’être soi dans le respect de son Art.

Parmi les éléments qui nous démarquent, nous pouvons citer :

  1. L’absence de l’utilisation de logiciels ; pour que l’humain arrive à retrouver son honneur et sa valeur, il faut d’abord qu’il retrouve son identité. L’auteur et le lecteur n’ont pas besoin de remplir des cases ou de s’attacher aux suggestions des outils informatiques d’écriture et de lecture pour être des artistes.
  2. L’absence de références ; Hugo, Sartre, de Maupassant, Beti, Senghor, Wright, Beaudelaire, Milton… n’existent que dans l’histoire. L’auteur n’a besoin que de lui-même pour réussir son écriture dans son temps.
  3. La personnalisation des entretiens ; deux personnes, même arrivées ensemble, et étant restées dans la même pièce en ayant entendu les mêmes paroles, ne repartent pas avec le même état d’esprit. Par ailleurs, les membres de notre équipe sont outillés pour comprendre la personnalité et les besoins de chaque visiteur, pour assurer un suivi individuel optimal.
  4. La disponibilité ; un point d’honneur est mis à la satisfaction des passionnés. Il y a toujours quelqu’un pour répondre à la moindre doléance, et tous les cas sont observés avec discrétion, patience et passion.
  5. La qualité du travail ; ceci est la raison d’une ardeur qui ne connaît pas de relâche. Les détails les plus infimes sont observés dans le temps prescrit pour rendre un résultat. Tant qu’il y a des zones d’ombre, l’atelier se poursuit.
  6. L’apprentissage ; chacun de nous est toujours apprenant et, par conséquent, demeure à l’écoute. Nous ne donnons pas de leçon, nous nous ouvrons au partage et au respect des passionnés. Aucune prétention ne tient comme support de nos travaux.
  7. La folie ; aucune limite à l’exploration de la Nature. Rien n’est absurde, tant que cela permet de marquer un pas. Et si c’est l’absurde qui bâtit l’esprit ouvert, alors nous demeurons absurdes.

Quelques points sont donc à rappeler, quant au résultat attendu :

  • L’auteur qui ouvre nos portes s’invite au cœur de son âme. Il ne trouve aucun maître, juste des ombres qui le guident à travers les voies de sa propre authenticité ; il trouvera lui-même, au cœur de ses ténèbres, les goûts et les couleurs qui lui sont chers, et en tracera les courbes avec des mots qui mieux le définiront, et par lesquels le public, aisément, se retrouvera.
  • Le lecteur qui s’instruit auprès de nous commence par taire ses voix pour n’entendre qu’une seule, celle du texte qui lui est proposé. En tenant un livre ou toute autre forme de texte, il apprend d’autrui ; c’est là que réside la clé de la compréhension. Le texte lui parle alors de sa voix la plus sauvage, ce naturel qui se perd dans les esprits remplis de préceptes.
  • Le relecteur découvre l’art de l’écriture par la lecture. Il se cultive et découvre de nouveaux axes qu’il exploitera pour permettre à l’édition d’offrir de belles lectures au public. Il apprend quels outils sont essentiels à la réussite de son métier, et à l’importance de sa pratique.
  • Le traducteur devient un être d’action. Il participe à la réalisation d’un rêve dans une langue étrangère, loin de la conversion logicielle qui égare autant les émotions que la lecture.

OBJECTIFS

Chaque pas que nous marquons est l’élan du pas suivant, et chaque distance que nous parcourons produit l’énergie qui nous permettra d’en parcourir une plus grande. Dans le temps, il n’existe pas de point qui dira que nous avons atteint notre objectif, puisque celui-ci s’inscrit dans l’Histoire.

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont démontré combien un esprit d’initiative individuelle pouvait faciliter la réalisation de la Paix. L’Education de Qualité (ODD 4) étant le cœur de toute réussite, nous suivons cette ligne pour parvenir à un meilleur échange avec le monde. En travaillant avec acharnement pour le bien du livre, nous mettons entre les mains du futur un outil d’ordre et d’équilibre ; ce n’est qu’en y parvenant que la notion d’égalité, principe fondamental de l’Harmonie, deviendra la pratique quotidienne. Nous pouvons néanmoins tracer quelques lignes qui indiquent (au présent et au futur) la voie à suivre, tant au Cameroun que dans le reste du monde :

  1. Fédérer le plus grand nombre de passionnés de Littérature ;
  2. Etablir de nombreux partenariats avec les institutions culturelles et littéraires ;
  3. Partager nos connaissances avec encore plus d’auteurs et de lecteurs ;
  4. Générer des fonds, afin de transformer notre œuvre en Fondation capable de soutenir une production littéraire de qualité ;
  5. Participer aux grandes rencontres littéraires et confronter nos compétences aux réalités des autres cultures, pour bâtir un réseau encore plus fort et stable ;
  6. Promouvoir la production de qualité, en ce qui concerne la Littérature, et ainsi permettre au futur d’avoir un outil d’apprentissage de valeur ;
  7. Contribuer à la revalorisation du patrimoine culturel à travers les livres ;
  8. Créer une académie de Littérature où le potentiel pourra être librement exprimé et savamment encadré ;
  9. Renseigner le public sur l’importance de l’Ecriture dans le développement personnel et la santé spirituelle ;
  10. Présenter au monde les plumes crédibles du Cameroun et de l’Afrique ;
  11. Célébrer nos écrivains avec des Prix d’Excellence dont le mérite est l’unique accès ;
  12. Former des relecteurs au niveau des attentes des auteurs et du public ;
  13. Concevoir encore plus de documents sur l’écriture et la lecture ;
  14. Professionnaliser la Littérature, de telle sorte que les écrivains puissent aussi récolter des fruits permanents ;
  15. Mettre sur pied une véritable institution pour le Droit du Livre ;
  16. Favoriser l’épanouissement des éditeurs Camerounais et Africains ;
  17. Accompagner les auteurs, de l’écriture à la distribution ;
  18. Permettre une connexion effective auteur-lecteur, afin que pour chaque auteur, il y ait un public ;
  19. Bâtir une chaîne de solidarité entre auteurs ;
  20. Retravailler les livres déjà publiés, afin de leur donner la valeur espérée par les auteurs.
Fermer le menu